Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • kimcat
  • J'ai 2 passions : les livres et les chats
 j'ai un fils de 31 ans, une fille de 28 ans ( aussi passionnée que moi pour les livres...)
 j'ai écrit un roman " LISABELLE "
 Une histoire qui a pour toile de fond, le chat...
  • J'ai 2 passions : les livres et les chats j'ai un fils de 31 ans, une fille de 28 ans ( aussi passionnée que moi pour les livres...) j'ai écrit un roman " LISABELLE " Une histoire qui a pour toile de fond, le chat...

Archives

Portail du livre

 Mon roman :  LISABELLE
 (mars 2008)
 http://lisabelle.briot.free.fr/

caramel-aux-yeux-bleu-vert.jpg

portail-du-livre.jpg

http://portaildulivre.com


Mon 2e Blog : link

 

http://kimcat1b58.eklablog.com/ 

11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 15:28
Pour ce jeu d'écritures, un clin d'oeil à Bigornette et ses pirouettes irrésistiblement chouettes
http://le.bigorneau.over-blog.fr/

Chaque été, je prends les eaux pour soulager mes douleurs de dos dans la même ville d’eau au ciel plombé qui a oublié d’être bleu ; avec mon chat Zozo, que j’ai recueilli il y a trois ans, la peau sur les os, je vis durant vingt-et-un jours, dans une chambre d’hôtel miteuse dont les murs suintent d’humidité au bord de l’eau. La salle d’eau ne vaut guère mieux : je dois écoper et éponger le trop plein d’eau  à cause d’une plomberie vieille comme Erode : des fuites d’eau et de chasse d’eau pour me pourrir mon séjour... Je suis le bec dans l’eau pour rester au sec, car à l’extérieur comme à l’intérieur,  le soleil tombe en morceaux depuis mon arrivée. Il a plu à torrents toute la nuit et ce matin, ce sont encore des trombes d’eau qui se déversent sur la station thermale. J’ai l’impression que ma vie est comme le temps et qu’elle s’en va en eau de boudin ; j’ai le cerveau tout ramolli comme une eau qui croupit au fond d’une mare. Cela fait des mois que je sue sang et eau pour me sortir la tête hors de l’eau. A travers mes yeux mouillés de larmes, je regarde derrière les carreaux dégoulinants de pluie, les voitures roulant dans les flaques d’eau, qui éclaboussent les rares passants trempés jusqu’aux os ; elles projettent des gerbes d’eaux sur le trottoir luisant. Les caniveaux débordent. Mon chagrin aussi… C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase ; j’éclate en sanglots. Je me sens désespérément seule et c’est comme un coup d’épée dans l’eau qui me transperce le cœur. Ça coule de source, on ne vit pas d’amour et d’eau fraîche mais j’aimerais bien amener de l’eau à mon moulin ; j’ai beau me raconter des histoires à l’eau de rose, d’ici que je rencontre le prince charmant, il passera beaucoup d’eau sous les ponts. Même si l’eau va toujours à la rivière, je nage toujours entre deux eaux. Nul besoin de me réciter les fables de La Fontaine, ni de lire du Boileau, pour me rendre à l'évidence que je suis malheureuse comme la pierre. Goutte à goutte, l’eau creuse la pierre… Il faudrait que j’arrête de naviguer en eau trouble et que je trouve un diamant de la plus belle eau, un jeune homme aux yeux vert d’eau qui me rendrait enfin heureuse comme un poisson dans l’eau, qui m’inviterait au restaurant, m’offrirait du bon vin  et ne me permettrait pas de mettre d’eau dans mon vin car l’eau fait pleurer et le vin chanter. Craché, juré, je ne boirais pas d’eau gazeuse ; pas plus que je ne siroterais une menthe à l’eau. Je consommerais un melon d’eau gorgé à souhait d’eau sucrée et des bigorneaux salés à l'eau de mer. Rien que d’y penser, j’en ai l’eau à la bouche. C’est clair comme de l’eau de roche, je rêve toute éveillée : les quelques garçons que j’ai fréquentés jusque là, n’avaient pas inventé l’eau tiède… J’ai chaud et je suis toute en eau et pour me donner du courage, je me frictionne à l’eau de Cologne. Au fil de l’eau, je calme mes pleurs. Je me dis que je vais me requinquer à l’eau-de-vie. Je n’ai pas dit mon dernier mot : méfiez-vous de l’eau qui dort ! Il n’est pas pire eau que l’eau qui dort… Croyez-moi, ça va faire du bruit, comme les cascades assourdissantes, comme les vagues se fracassant sur les rochers ! Tant va à la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse. Car je suis comme l’eau et le feu. Dorénavant, les gros nuages noirs et menaçants se crèveront dans des cieux moins cléments et répandront abondamment leurs tonnes d’eau  sur d’autres têtes que la mienne. Après moi, le déluge ! 
Béa Kimcat

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Renard 20/06/2009 16:30

Personnellement, j'ai adoré, voilà un défi très réussi, agréable à lire, original... Il faudra que je m'exerce...

Jeanne Fadosi 19/06/2009 19:04

Que d'eau que d'eauFontaine, je ne boirai pas de ton eau.Chez toi, l'eau est à l'honneur et c'est bien sympathique ton clin d'oeil à Bigornette !Belle fin de semaine

Marie 15/06/2009 23:16

Excellent !Ecrivain d'un jour, écrivain toujours ?   BisesMarie

Elie++:0059: 14/06/2009 07:32

Très bonne définition!!! Peu de temps mais j'aime toujours venir te lire! Bises et bon dimanche!

Azalais 13/06/2009 21:13

pitié pitié , de l'eau nous en avons eu assez!tu as dû bien t'amuserbises

Classement Animaux

Polytrans chiens et chats

polytrans chat

            

                                    Jouets Kong

Galerie Dominique Cauvé